Question et réponse 90

Pain/Banitsa avec des vœux pour la Nouvelle Année

Question envoyée sur le site UNION le 4 janvier 2018 et sa réponse donnée de la Présence de l’Un le 14 février 2018.

 

Cette question est en relation avec un texte dans la Question et réponse 70 « 3ème Supplément sur le sujet « La monnaie dans le pain pour le Réveillon » » :

Question : Celui qui a manqué de faire un tel pain le 24 décembre, est-ce qu’on peut en préparer un le 31 décembre ?

Réponse : Tout est possible mais c’est déjà quelque chose tout différente et est appelé « Pain/Banitsa avec des vœux pour la Nouvelle Année » qui a toute autre action et destination bénéfique.

 

Question : Quelle est l’action et destination bénéfique du pain/banitsa avec des vœux pour la Nouvelle Année que beaucoup de gens font le 31 décembre ?

Réponse : Le pain/banitsa avec des vœux pour la Nouvelle Année donne la possibilité aux gens de réfléchir durant le dernier jour de l’année qui termine quel Bien ils souhaitent se passer pendant la nouvelle année, de réfléchir de quoi ils ont besoin dans la matérialité et de quoi – en relation avec leur développement spirituel. Chacun peut écrire des vœux, même plus d’un, pour ses besoins ainsi que pour les besoins de ses proches chez qui peut tomber le vœux, ainsi que pour les besoins de toute la famille.

Le mieux est que les vœux pour ce pain rituel* soient donnés par chaque membre de la famille/du ménage. Chacun doit réfléchir soigneusement et écrire ses souhaits bénins. Les parents écrivent les vœux des plus petits enfants mais ceux qui parlent, peuvent être demandés qu’est-ce qu’ils veulent pour soi-même et pour leurs proches.

Il serait bien que soit l’un des parents – pour tous, soit chacun pour soi-même, si les enfants sont suffisamment grandis :
blue dotD’abord saint archange Michel et les anges de Protection doivent être invoqués de protéger les gens et l’espace d’êtres illusoires pendant le temps qu’on crée et écrive les vœux.
blue dotDeuxièmement, on doit bloquer avec une invocation l’action de la propre partie illusoire et le parent doit prononcer l’invocation pour ses petits enfants.
blue dotTroisièmement, on doit invoquer la Supérieure Présence JE SUIS d’aider à choisir les souhaits bénins – qu’ils soient bienfructueufaisants dans et pour le réseau de la Lumière et qu’ils soient agréables à Dieu**.

Après cela on écrit manuellement les vœux sur un petit papier et les donne à celui qui prépare le pain/banitsa pour les y mettre.

Et toujours à la fin il est nécessaire d’écrire la Parole-Formule pour remettre le libre Arbitre de la personne entre les mains du Seigneur :

« Que tout soit selon Ta Volonté Sacrée, Seigneur ! »

Et la Parole-Formule pour union universelle :

« AMEN   TAKA DA BŒUDÉ   OM    »

 

Après l’arrivée de la Nouvelle année, peu importe si pendant la nuit, tout de suite après minuit ou le matin le 1 janvier quand tous les membres de la famille/ménage se réveillent, celui qui a fait le pain/banitsa :

1. Me Remercie pour la Grâce que chacun va recevoir de sa Supérieure Présence JE SUIS l’impulsion de choisir ce morceau avec ce vœux qui lui est nécessaire le plus en ce moment de la vie et qui est le meilleur du point de vue du Seigneur pour lui.

2. Après cela on tourne la bassine avec le pain/banitsa 3 fois dans le sens de l’horloge et

3. Invite le chef de famille de choisir le premier et de prendre un morceau du pain/banitsa qui est préalablement coupé à tant de morceaux que le nombre des gens vivants dans cette maison.***

Quand tous prennent un morceau, lisent ce qui est tombé et Me remercient, on lit à haute voix ce qui est tombé et tous Me remercient joyeusement.

Et après cela ce vœux est mis sous l’oreiller, dans sa taie et on dort ainsi sur lui durant toute l’année.

Et plus on se souvient après cela durant l’année Me remercier de tout cœur et de toute Âme pour le souhait bénin qui lui est tombé du pain/banitsa pour la Nouvelle Année, plus vite on a la possibilité que son vœux soit manifesté en plénitude et dans le moment exact dans sa vie, si et quand c’est le mieux pour lui de Mon point de vue.

JE SUIS la Présence de l’Un

 

line

* Premièrement, dans les temps anciens, les vœux étaient mis dans un pain rond rituel et considérablement plus tard les gens ont commencé à mettre les vœux dans un banitsa.
Les vœux étaient préalablement créés sans les écrire, on les rappelait par cœur et pour chacun d’eux on mettait la pointe de branchette de cornouiller dans le pain rond et on se rappelait quelle branchette correspond à quel vœux.

** Agréables à Dieu – cela veut dire être bons du point de vue Divin, c’est-à-dire être en accord avec les Plans de la Supérieure Présence JE SUIS et approuvé par elle.

*** Quand il y a des invités à la fête, s’ils le souhaitent, ils peuvent aussi participer et écrire des vœux et après cela il y aura un morceau avec un vœux destiné à eux.

 

© Rossitsa Avela

Retourner à l’Enseignement


UNION
www.edinenie-vsemirno.net