Conférence en Pologne le 23 et 24 janvier 2016, partie 12

Questions et réponses :

23 janvier 2016

 

Rossitsa Avela : Dans les jours autour du solstice d’hiver, entre autres questions, j’ai posé à la Présence de l’Un la question suivante.

Est-ce qu’il est bien qu’on évite de parler avec quelqu’un qui mange en ce moment ? Et qu’est-ce qui résulte si on le fait quand celui qui mange est dans le réseau de la Lumière ou dans un des réseaux de l’illusion ?

Réponse : « Il est très bien que chaque personne évite de parler avec qui que ce soit d’autre qui mange en ce moment, peu importe représentant de quel réseau le dernier est. Travaillez sur cela et faites-le une règle et manière de vie.

Vous pouvez tranquillement annoncer aux autres gens que vous vous abstenez de parler à qui que ce soit quand on mange et vous voudrez que tous les gens se comportent de la même manière quand vous mangez. Et faites-le, puisqu’afin qu’on demande quelque chose des autres, il est nécessaire qu’on soit en état de le leur donner ‒ c’est un de Mes Commandements qu’il est nécessaire que vous observiez pour être bien. »

Si quelqu’un transgresse cette règle, les résultats sont toujours négatifs pour lui et peuvent avoir un degré de nuisibilité tout différent, par rapport du réseau où se trouve la personne avec laquelle on parle pendant que la première mange et par rapport d’assez d’autres facteurs comme sa place dans la hiérarchie du réseau respectif, quels sont ses « achèvements » et sa spécialité, le volume du poids karmique, la dimension du manque énergétique ou de la force dans la privation de l’énergie des gens en face et etc.

Participant 1 : Est-ce que ce qui est dit est seulement en vigueur en contact direct avec quelqu’un qui mange ou pendant une conversation téléphonique aussi quand je ressens que la personne avec laquelle je parle mange ? Et pendant une conversation sur l’Internet ‒ sur Skype, Viber etc., avec ou sans l’appareil photo allumé ? Qu’est-ce qu’est le mieux qu’on fasse ?

Rossitsa Avela : Le mieux est de mettre tout de suite fin à la conversation comme si la connexion est interrompue. Et après un certain temps tu peux rappeler et expliquer que quand tu as entendu qu’on mange tu l’as laissé de manger tranquillement. Car tu observes la règle de t’abstenir de parler avec une personne qui mange. Dis-le sincèrement. Et plus tard tu peux expliquer plus, si la personne souhaite apprendre plus. Tu pourrais dire que quand par exemple une personne qui se trouve dans le réseau de la Lumière mange, elle s’ouvre automatiquement vers Dieu, c’est-à-dire une connexion avec sa Présence Supérieure JE SUIS s’établit. Et si quelqu’un parle avec elle quand elle mange, celui des deux qui est plus pur karmiquement assume du karma négatif de l’autre dans une dimension assez plus grande que pendant la communication ordinaire sans que quelqu’un des deux mange en ce moment.

Participant 2 : Et si celui qui parle boit du thé ?

Rossitsa Avela : En Bulgarie nous avons un proverbe : « Quand quelqu’un boit de l’eau même le serpent se tient à l’écart, sans le déranger ».

Encore plus faudrait-il que nous, en tant que représentants du réseau de la Lumière, protégions celui qui mange pendant qu’on le fasse. Le protéger ainsi que nous protéger.

Ce proverbe vient de l’antiquité quand l’humanité était beaucoup plus pure. Quand on mangeait ou buvait sa force augmentait et chacun le laissait seul dans de tels moments de tranquillité.

Participant 1 : Quand j’étais enfant tout le monde gardaient le silence tout en mangeant. Ce relâchement et ces conversations pendant l’alimentation ont apparu plus tard.

Participant 2 : Maintenant je me suis rappelé que dans le passé, quand j’étais enfant aussi, dans mon pays, quand les gens, en allant au travail, achetaient des pirogues et prenaient son petit déjeuner dans la rue autour du kiosque, ils tournaient le dos des gens et se mettaient en face du mur d’un bâtiment, en gardant le silence et même sans voir ce qui se passait autour pendant qu’ils mangeaient. C’était ordinaire. Tous le monde le faisait et acceptait comme quelque chose de naturel. Et une fois un étranger a fait un photo de cette image et dans la presse on a écrit que les gens chez nous ont des conduites sauvages. Et il s’avère que tout était bien et très exact.

Rossitsa Avela : Dans le passé proche les gens savaient très bien comment vivre. Il y avait des traditions et règles séculaires qu’on respectait. Et bien que les raisons pour lesquelles ces règles étaient lancées, étaient oubliées, les gens les suivaient, en sachant que c’est le meilleur pour eux, et les transmettaient à ses descendants.

Que peut-on faire, tels sont les temps dans lesquels nous vivons maintenant ‒ les derniers temps de la transition d’une race assez polluée et surchargée karmiquement, à la suivante, quand tout est permis et chacun doit se manifester tel qu’on est dans son essence afin que les semences soient triées de l’ivraie dans le moment exact quand il vient.

Le savoir d’En-Haut comment vivre les gens afin d’être bien et d’évoluer avec succès a été toujours donné. Maintenant on le donne aussi. Celui qui veut, peut en profiter et continuer avec succès à avancer dans les temps futurs.

 

À suivre.