Conférence en Pologne le 23 et 24 janvier 2016, partie 24

Les articles des autres (suite)

23 janvier 2016

 

Comme il était déjà dit, l’article appartient à la personne et elle devient son propriétaire seulement lorsqu’elle a payé pour lui avec son argent ou travail ou elle a donné son article ou autre chose en échange, ou elle l’a reçu en héritage.

Dans la famille la situation avec la propriété des articles est résolue différemment. Il dépend si l’article est destiné à consommation commune par tous dans la famille ou à usage personnelle par un des membres de la famille, mais aussi s’il est acheté avec de l’argent familial ou propres ressources de l’un des membres de la famille.

C’est un sujet très important et pour cela est examiné plus en détail.

Imaginez ce qui suit – l’un des parents a de l’argent et l’autre ainsi que les enfants en manquent. Celui qui a, achète pour tous les autres ce dont chacun a besoin et c’est tout naturel et correct. Mais si en échange les enfants jouent et étudient seulement, c’est-à-dire font seulement ses faits personnels, sans effectuer du travail dans la famille pour les faits communs, pour le bien être de la famille entière, alors les articles personnels appartiendrons aux autres et resteront une propriété personnelle du parent qui les a achetés. Le même s’applique à l’autre conjoint, si on n’a pas des ressources propres et est aussi sans la possibilité de travailler pour la famille, par exemple si on est sans travail, mais va pour quelques jours dans une autre maison pour se soigner d’un parent malade et en ce moment son conjoint lui achète un article pour usage personnelle dont on a besoin - il appartiendra à l’acheteur au lieu de celui pour qui il est acheté et qui l’utilise, par exemple une brosse à dents.

Mais si ce membre de la famille qui a de l’argent et achète pour les autres leurs articles personnels est très chargé karmiquement ou est un représentant du réseau des ténèbres et les autres au moment de l’achat vivent sans travailler en échange pour le bien-être de la famille, par exemple s’occuper du ménage, quand ils utilisent les articles qui leur sont achetés, par ses articles on enlèvera de leur énergie et elle ira chez celui qui les a achetés et qui est le propriétaire réel de ces articles.

C’est la Loi du Seigneur. Et elle est en vigueur peu importe si les gens le savent ou pas.

Vous voyez quels dégâts et quelle déformation peut faire l’illusion lorsque les enfants vivent sans travailler dans la famille. Pour cela l’élévation des enfants dans un travail pour le bien-être de la famille est une des obligations importantes des parents – aussi important que l’obligation d’élever leurs enfants et de les acheter ce qui est nécessaire pour leur croissance. Et c’est une obligation de l’enfant de travailler dans la famille et d’aider les parents lorsqu’il est assez grandi afin d’être capable de le faire, même dès le plus jeune âge – selon ses capacités, bien sûr.

 

Vous seuls comprenez déjà l’importance de la question :

« Quelle propriété sont les articles différents, du point de vue du Seigneur ? »

 

Les articles dans la famille sont dans deux catégories qui se divisent ils-mêmes selon s’ils sont propres ou appartiennent aux autres :

1. des articles destinés à usage commun qui se divisent à

blue-dotarticles destinés à usage commun qui sont une propriété familiale commune ;

blue-dotarticles destinés à usage commune qui appartiennent aux autres.

2.articles destinés à usage personnelle qui se divisent à :

blue-dotarticles destinés à usage personnelle (à utilisation individuelle), qui sont propriété personnelle à celui qui les utilise;

blue-dotarticles personnels qui appartiennent aux autres, c’est-à-dire des articles destiné à usage personnelle qui sont cependant une propriété à une autre personne.

 

Avec les articles destinés à usage commun dans la famille les hypothèses suivantes sont possibles en ce qui concerne leur propriété :

1. Les articles achetés par les conjoints avec de l’argent familial commun destinés à usage commune ou consommation dans la famille sont une propriété familiale commune et tout est en ordre.

2. Les articles destinés à usage commune donnés comme cadeau d’une personne qui est hors le cercle familial, quoi que proche ne soit-il, si les membres de la famille ont manqué de le payer avec du travail ou de lui donner en échange quelque chose, même tout petit, c’est-à-dire d’échanger des articles comme des cadeaux ou de payer même un montant symbolique, sont une propriété de tiers dans la maison. Le même s’applique à tous les articles destinés à usage commune qui se sont trouvés dans la maison par hasards, sans savoir d’où ils sont ou qui est leur propriétaire. Ils sont aussi des articles de tiers dans la maison.

3. Les articles destinés à usage commune ou consommation dans la famille qui sont achetés de l’un des parents avec son propre argent, deviennent une propriété familiale seulement quand :

blue-dotl’autre conjoint et les enfants sont sans des ressources propres, mais travaillent en échange pour le bien-être de la famille;

blue-dotl’autre conjoint et les enfants ont des ressources propres et participent dans l’achat de l’article familial commun;

blue-dotl’autre conjoint et les enfants achètent quelque chose d’autre pour usage commune dans la famille, quoi que petit qu’il soit;

La meilleure variante est celle du premier point. Peu importe qui dans la famille combien de l’argent fait, le mieux est de séparer une partie considérable des revenus de ceux des membres de la famille qui font de l’argent, par exemple dans une boîte, et on saura que l’argent là est un argent familial commun et est utilisé pour des dépenses familiaux communs et pour l’achat des articles destinés à usage et consommation communes.

 

Il est plus compliqué avec les articles pour usage personnel des membres de la famille – des conjoints et leurs enfants. Ici il y a également quelques hypothèses concernant leur propriété qui définissent si ces articles sont une propriété personnelle de leur possesseur ou sont des articles de tiers avec toutes les conséquences pour celui qui les utilise.

Les articles pour usage personnel deviennent une propriété personnelle dans les 3 cas suivants :

1. Lorsque les membres de la famille achètent avec propres ressources les articles pour usage personnelle, les articles sont leur propriété et c’est la meilleure variante.

2. Les articles personnelles de chacun des conjoints qui sont achetés ou donnés par l’autre conjoint quand celui à qui ils sont achetés travaille en échange pour le bien être de la famille et est sans des ressources personnelles ou sans des ressources personnelles suffisantes, deviennent une propriété personnelle à celui à qui ils sont achetés.

3. Les articles pour usage personnelle des enfants qui sont achetés par leur parents et/ ou par d’autres personnes qui les élèvent – proches parents, adoptants, quand les enfants sont petits, ainsi que quand ils grandissent, s’ils sont sans la possibilité d’acheter ce qui leur est nécessaire avec de l’argent personnel, sont aussi une propriété personnelle des enfants malgré qu’une autre personne les leur a acheté – un proche parent, mais seulement en cas où :

blue-dotles enfants travaillent pour le bien être de la famille quand ils sont grandis suffisamment afin de travailler et aider leurs parents selon leur possibilités. Les bébés sont une exception de cette règle;

blue-dotles enfants ont moins de 28 ans quand ils atteignent l’âge de la majorité dans la spiritualité et sont encore sans leur propre famille créée. Et s’ils ont leur propre famille avant d’atteindre 28 ans, dès le moment de la création de leur famille, il est considéré qu’ils ont atteint l’âge de la majorité dans la spiritualité.

Tels articles – achetés par l’un des conjoints pour l’autre ou par les parents pour les enfants lorsqu’ils sont sans leur propres ressources pour les acheter, sont considérés comme propriété personnelle de l’époux/épouse/enfants, c’est-à-dire ils sont une propriété personnelle à celui pour qui ils ont été achetés quand il travaille en échange pour le bien être de la famille. Et il est tout normal et correct d’être ainsi puisque les conjoints ainsi que les enfants sont une entité unie devant le Seigneur et sont dans un champ énergétique commun et si quelqu’un reçoit quelque chose sans donner en échange quelque chose d’autre, cela reflète mal sur tous.

Participant 1 : Par conséquent, si un enfant est élevé 3 mois pendant les vacances d’été par les grand-parents et pendant l’année scolaire vit chez ses parents, les articles que les grands-parents l’achètent durant l’été sont sa propriété personnelle, n’est-ce pas ?

Rossitsa Avela : Oui, s’il travaille et les aide.

Participant 1 : Et les cadeaux pour Noël des grands-parents ?

Rossitsa Avela : Ils seront une propriété de tiers pour l’enfant puisqu’alors il vit déjà chez ses parents et est sans la possibilité d’aider dans le ménage des grands-parents. Mais s’il ou ses parents donnent en échange des cadeaux aux grands-parents, alors le cadeau des grands-parents devient une propriété personnelle pour l’enfant.

 

Les articles pour usage personnelle sont une propriété de tiers dans les cas suivants :

1. Jusqu’à l’atteinte de l’âge de la majorité dans la spiritualité, les articles qui sont une propriété de tiers pour les enfants sont :

blue-dotles articles donnés comme cadeau par des personnes hors du cercle des parents et des plus proches parents qui les élèvent, par exemple aux anniversaires et d’autres fêtes, si on manque de donner à ces personnes un autre article en échange;

blue-dottous les articles achetés et donnés comme cadeau par les parents les plus proches, y compris les parents, avec leur argent lorsque les enfants ont ses ressources personnelles avec lesquelles ces articles peuvent être achetés mais ne sont pas utilisées. Ce cas englobe les hypothèses quand l’enfant est grandi et travaille et gagne très bien avant l’atteinte de 28 ans et est encore sans sa propre famille et aussi quand, même s’il est encore très petit, mais l’enfant reçoit un héritage ou une rémunération pour son travail comme un acteur, chanteur, musicien, peint, etc. Si l’enfant a son argent (par exemple d’un héritage, de tournages cinématographiques, etc.), il serait bien que les parents l’achètent ses articles personnels avec cet argent.

2. Le même s’applique pour les conjoints – des articles de tiers parmi les articles personnels sont les catégories suivantes :

blue-dotTous les articles donnés comme cadeau ou donation par qui que ce soit hors de la famille, si on manque de payer pour eux, de donner quelque chose en échange ou de faire un travail quelconque.

blue-dotLorsqu’un des conjoints a son propre argent et l’autre l’achète un article, il est aussi considéré comme un article de tiers, si la personne à qui l’article est donné manque de donner quelque chose en échange, quoi que petit que ça soit.

Si un des membres de la famille a de l’argent propre, le mieux du point de vue de Dieu est d’acheter avec cet argent les articles pour usage personnelle. Et si l’un des conjoints est sans de l’argent propre, l’autre conjoint achète. Si les enfants sont sans de l’argent propre, leurs parents leur achètent les articles personnels et ils sont leur propriété mais seulement si les enfants travaillent aussi pour le bien être de la famille, s’ils sont suffisamment grandis afin de pouvoir le faire et selon leurs capacités.

Dans le passé, les petits enfants travaillaient plus pour la famille et alors l’énergie se retournait vers les parents pour leurs soins et achats. Et c’est correct du point de vue de Dieu. Et si les enfants restent seulement devant l’ordinateur et jouent des jeux sans aider et travailler quelque chose dans la maison et les parents leur achètent leurs propres articles, ces articles sont une propriété de tiers pour l’enfant avec toutes les conséquences nuisibles pour lui.

 

Participant 2 : En Pologne il y a une tradition de donner aux enfants des vêtements portés par autres, déjà plus grands enfants. Des tentes, voisins, grandes-mères les apportent. Ma belle-mère par exemple reçoit gratuitement des vêtements des gens pour lesquels elle travaille. Qu’est-ce qu’est nécessaire de faire en ce cas ?

Rossitsa Avela : Les régaler. Par exemple on peut donner un chocolat et dire – « Je remercie beaucoup pour ces vêtements ». C’est le plus correct en ce cas. Prendre les vêtements et donner quelque chose en retour. Et pour les vêtements reçus jusqu’à maintenant, vous pouvez aussi les régaler.

Participant 2 : Il y a un médiateur – ma belle mère.

Rossitsa Avela : Correct, il est nécessaire de la régaler également, car elle aide aussi. Les articles qui lui sont donnés sont des autres pour lui aussi, mais en les apportant elle probablement souhaite bénignement quelque chose, donc afin que tous ces bons souhaits se passent à vos enfants, il est bien de la régaler.

Participants 2 : Magnifique, moi, je viens de penser qu’il faut tout vendre et acheter des nouveaux.

Rossitsa Avela : Il y a trois manières afin qu’un article de tiers devient un article personnel, en excluant les articles dont la propriété est acquise en héritage – en l’achetant, en travaillant pour l’acquérir et en l’échangeant pour quelque chose personnel – pour un article ou des articles, y compris de la nourriture.

Dans ces temps pourtant il y a un « mais » : Tout dit jusqu’ici est véritable, mais il y a un détail important – si quelqu’un ou tous dans la famille qui donne des articles de leurs enfants à d’autres enfants, ont perdu leur pureté, alors il est sans objet de les régaler, car les articles restent fortement nuisibles même s’ils deviennent leur propriété après les avoir régalés. En ce cas tout reçu par eux est nécessaire d’être vendu.

À suivre.