Conférence en Pologne le 23 et 24 janvier 2016, partie 34

Questions et réponses sur le sujet « Articles » (suite)

 

Participant 1 : En cas où les époux sont sans un mariage dans l’église et ont seulement un mariage civil, est-ce que leur argent est considéré commun ?

Rossitsa Avela : Oui, il est considéré commun mais seulement cette partie pour laquelle ils se sont consentis d’être commune et est mise à une place commune, peu importe si dans la maison ou dans un compte bancaire commun avec deux cartes. Devant la communauté, devant la loi humaine ils sont une famille. Et ceux qui sont une famille devant le Seigneur aussi, mais après cela déchirent l’aura familial commun et restent sans lui, s’égalisent à ceux qui ont seulement un mariage civil et pour eux le même est en vigueur et la situation est sans changement. Même ceux qui vivent en concubinage, sans être une famille, chez eux l’argent est aussi commun s’il est mis à une place commune et les deux sont d’accord qu’on achète et paie avec cet argent tout nécessaire.

Participant 1 : Est-ce que leur articles sont aussi une propriété commune ?

Rossitsa Avela : Oui, dans tous ces cas ce qui est obtenu avec l’argent commun est leur propriété commune et ils sont des copropriétaires, si les deux travaillent pour leur bien commun dans le ménage commun.

Participant 2 : Quel est le statut des articles que les époux ont fait don l’un à l’autre avant de devenir une famille – est-ce qu’ils sont une propriété à celui à qui ils sont donnés ou restent « des articles d’autrui », une propriété de celui qui les a donné ? Est-ce que le fait qu’ils sont une famille change la situation ?

Rossitsa Avela : Il est sans importance qu’après cela ils se sont mariés civilement et dans une église. Ils deviennent une entité devant le Père mais leur articles restent avec le statut qu’ils avaient avant de devenir une famille – comme chez tous les autres gens. En conséquence, lorsque l’article est fait don à l’un d’eux, si on a donné en échange même un tout petit cadeau à l’autre ou l’a aidé avec quelque chose, a travaillé gratuitement pour lui, alors le cadeau devient une propriété personnelle à celui qui reçoit le cadeau encore avant de devenir une famille. Et si on a manqué – le cadeau reste propriété à celui qui fait le cadeau avant qu’ils deviennent une famille ainsi qu’après cela.

 

À suivre.